Mon mari m’a averti : “Tu as cru que je plaisantais? Si tu fais une fille, tu ne remettras plus jamais les pieds dans cette maison !”

Mon mari m’a averti : “Tu as cru que je plaisantais? Si tu fais une fille, tu ne remettras plus jamais les pieds dans cette maison !”

août 1, 2021 0 Par Le pouce

L’affaire de couple se complique avec très souvent le désir d’avoir un enfant. Si ce n’est pas l’absence de l’enfant qui pose problème, c’est le sexe de la progéniture qui devient problématique ou encore le nombre à avoir.

A priori selon les études scientifiques, le sexe de l’enfant est déterminé par l’homme. Donc avoir un garçon ou une fille dépend de l’homme car sur les 23 chromosomes, l’un d’entre eux détermine le sexe. Avec les spermatozoïdes, ce chromosome sexuel peut être soit X, féminin, soit Y, masculin. L’ovule, lui, n’abrite que des chromosomes X. C’est donc le spermatozoïde qui décide du sexe du futur enfant. Mais généralement quand le couple n’arrive pas à avoir l’enfant désiré par l’homme cela devient problématique. Et c’est le cas de ce couple dont la femme partage ce qu’elle vit. Récit…

Lorsque je suis tombée enceinte de notre deuxième enfant, mon mari m’a dit que si ce n’était pas un héritier mâle, il nous mettrait à la porte, ma fille et moi. J’ai dû faire un échange, mais des années plus tard, cet acte terrible m’a rattrapée.

Mon mari et moi avions l’intention d’avoir un autre enfant. “Mon rêve est d’être père de 2 enfants”, disait-il souvent. Notre fille aînée et unique allait avoir 7 ans, alors nous avons pensé que ce serait le moment idéal pour essayer d’avoir un autre enfant, afin qu’elle puisse profiter de son petit frère (ou de sa petite sœur ?) pendant qu’ils étaient tous deux enfants.

Mes menstruations ayant eu un retard de plus de 5 semaines, j’ai décidé de prendre rendez-vous avec mon médecin généraliste, qui m’a annoncé la nouvelle. “Félicitations, Camille ! Tu es enceinte !” et nous étions tous les deux si heureux !

Mais mon mari m’a dit quelque chose qu’il ne m’avait jamais dit auparavant. J’ai déjà eu Jessy et après avoir appris ma grossesse, il m’a dit qu’il ne pouvait pas gérer une autre femme dans la maison. Donc si je ne donne pas naissance à un héritier mâle, je devrais quitter la maison.

Lors d’une échographie ordinaire, on m’a dit que c’était une fille. Je ne savais pas quoi dire à mon mari, alors j’ai menti. Quand je suis arrivée à la maison, il m’a demandé : “Comment s’est passé l’examen ? Qu’a dit le docteur ?”

“Hum…” J’ai répondu. “Eh bien, il a dit que ce n’est pas encore clair. Nous le saurons pendant le travail.” Le jour est arrivé et alors que nous partions pour la maternité, mon mari est arrivé avec 2 bagages remplis d’affaires.

“C’est pour quoi faire, John ?” J’ai demandé. “Tu as cru que je plaisantais ? Si tu as une fille, tu ne remettras plus jamais les pieds dans cette maison !”

Dieu seul sait à quel point j’étais effrayée. Je pouvais à peine me concentrer sur l’accouchement. Il y avait une autre femme dans le service avec moi et elle devait accoucher ce jour-là aussi. Je pouvais l’entendre parler avec son mari. “Je veux avoir une petite fille”, a-t-elle dit.

“Chérie,” son mari l’a regardée, “ça n’a pas d’importance que ce soit un garçon ou une fille. Ce qui compte, c’est que nous allons devenir parents !”

Je souhaite que John soit aimant comme cet homme. Qu’il aime son enfant tel qu’il est, quel que soit son sexe. Malheureusement, ma réalité était différente.

La femme a accouché en premier et c’était un garçon. J’avais l’impression de ne pas avoir d’autres options. J’ai donc abordé une des infirmières et lui ai demandé de parler en privé. J’ai signé un chèque de quelques milliers de dollars et je l’ai suppliée d’échanger les bébés !

Elle était un peu hésitante au début, mais elle a vu mon désespoir et s’est probablement sentie mal pour moi, alors elle a dit oui.

Quand elle est arrivée avec le petit garçon dans les bras, j’ai pensé que j’avais pris la bonne décision. Le couple à côté de moi était heureux avec leur petite fille et mon mari était heureux avec notre garçon. Et il était vraiment satisfait de l’héritier.

Il passait presque toute la journée à jouer avec Jimmy et quand il a été un peu plus grand, il a promis à son fils de lui apprendre tout ce qu’il savait.

Mais quand notre fils a grandi, il a commencé à se plaindre de douleurs, de vertiges et d’une extrême fatigue. Nous avons donc décidé de l’emmener voir un médecin. Nous avons découvert qu’il était malade et qu’il avait besoin d’une transfusion sanguine. Cependant, la transfusion devait provenir d’un membre de la famille.

Notre sang n’était pas compatible et mon mari a découvert qu’il n’était pas le père, il a donc pensé que je le trompais ! Il nous a chassées de la maison, Jessy et moi, au moment le plus dur et je ne savais pas quoi faire.

Si je demandais de l’aide aux vrais parents de mon fils, je serais punie. Mais quand le médecin m’a dit qu’il n’avait pas beaucoup de temps et que seule une transfusion sanguine pouvait sauver Jimmy, je ne pouvais pas le laisser comme ça.

J’ai ravalé ma fierté et je suis allée chercher M. et Mme Willard. Ils ont accepté d’aider mon fils mais j’étais sur le point d’en subir les conséquences. Mme Willard est devenue très agressive et pleurait en me demandant : “Comment avez-vous pu faire ça ? !” et m’a menacé moi et ma famille.  Mais Jimmy leur a demandé de ne pas porter plainte et ils ont accepté.

Tout le monde m’a tourné le dos. Ma fille Jessy et ma fille biologique élevée par les Willard ont dit que j’étais dégoûtante.

Ils m’ont fait me sentir comme une terrible mère. Pour être honnête, je m’en fichais à ce moment-là. La seule chose qui m’importait était de sauver la vie de mon fils.

Mon fils bien-aimé Jimmy est finalement sorti de l’hôpital. Il a vu à quel point j’étais malheureuse dans cette situation.

Il est venu me voir, m’a pris la main, a essuyé mes larmes et m’a dit : “Maman, je me fiche de ce que disent les autres. Pour moi, tu es une mère merveilleuse. Tu savais que tu serais punie, mais tu l’as fait quand même !” “Je t’aime, Jimmy ! Tu es mon fils et tu es la meilleure chose qui me soit arrivée !”

Finalement, ma fille Jessy et même ma fille biologique, dont je me suis rapprochée plus tard, m’ont pardonné. Une histoire finit bien.

Pendant que des couples investissent des millions avec douleur pour avoir juste un enfant quelque en soit le sexe, d’autres font de petits malins parce qu’ils n’ont pas le sexe voulu.

Courage donc à tous ces couples qui traversent des situations compliquées à cause du sexe ou du nombre d’enfants. Merci de partager vos commentaires.

Facebook Comments Box