Entretien avec Mme Victoire Sikedi, Présidente de la Fondation Victoire Davison : «Nous travaillerons pour l’autonomisation des femmes vulnérables»

Entretien avec Mme Victoire Sikedi, Présidente de la Fondation Victoire Davison : «Nous travaillerons pour l’autonomisation des femmes vulnérables»

juin 18, 2024 0 Par Le pouce

Association à but non lucratif œuvrant pour le mieux-être des personnes vulnérables, les enfants déscolarisés …, la Fondation VICTOIRE DAVISON se préoccupe de la bonne humeur des enfants notamment en périodes des fêtes. Cheffe d’entreprise, Présidente de la communauté Camerounaise au Bénin et Présidente de la Fondation, Victoire Sikedi épouse DAVISON, dans une interview, fait la lumière sur sa fondation et ses ambitions futures.

 

Cheffe d’entreprise et enthousiasmée par les œuvres sociales. Quel est votre secret ?

Je sors d’une famille pauvre et d’un milieu défavorisé. Du coup, je me suis mise dans la tête qu’une fois dans la vie active, j’essayerai de donner de mon temps et tendre la main aux personnes démunies. Voilà la source de ma passion.

 

Pourquoi avoir créé la Fondation VICTOIRE DAVISON ? Et que fait cette dernière réellement ?

Comme je viens de le dire, quand on sort d’un milieu démuni et connait les besoins des gens démunis, il faut réfléchir à comment venir en aide à ces personnes. C’est ainsi que je me suis lancée dans cette passion. Au fil du temps j’ai voulu élargir et pour cela, il fallait mieux la structurer. C’est ainsi qu’est née la Fondation depuis une dizaine d’année. Comme mission, nous ciblons et portons notre assistance aux personnes vulnérables, fragiles, les enfants non scolarisés, les jeunes filles et femmes qui passent par les violences de tous genres. Nous apportons notre soutien aux personnes démunies et aussi aux orphelins.

 

Quelles sont déjà les actions à l’actif de votre Fondation ?

A notre actif, chaque année et même au cours de l’année, nous effectuons des programmes avec le staff. Les actifs que nous avions déjà eu à réaliser sont assez nombreux. Nous avons aujourd’hui plus de cent enfants au Bénin que nous prenons en charge à chaque rentrée scolaire en leur offrant des kits scolaires. Nous apportons le sourire à ces enfants qui n’ont pas de la joie de vivre réellement la nativité de Jésus-Christ qui est la fête des enfants. Nous leur apportons des cadeaux quitte à leur permettre de fêter comme tous les autres enfants.

 

Victoire Sikedi épouse DAVISON

Cheffe d’entreprise, Présidente de la communauté Camerounaise au Bénin et Présidente de la Fondation

 

En dehors de ça, nous assistons des personnes qui ne sont pas prises en charge dans les hôpitaux à cause de manque de moyen. Par moment, le staff va sur le terrain plus précisément dans les hôpitaux comme CNHU de Cotonou, Hôpital de Mènontin, etc. Nous essayons de recenser vraiment ceux-là qui ont besoin d’assistance. Alors la Fondation les prend en charge pour qu’ils reçoivent les soins appropriés.

Sur le terrain est-ce qu’il vous arrive de rencontrer des difficultés ?

Nous rencontrons assez de difficultés parce que nous descendons avec ce que nous avons à notre actif. Malheureusement sur le terrain, il y a assez de personnes dans le besoin. Aujourd’hui, il y a 70 personnes défavorisées et nous devons les satisfaire. Voilà la principale difficulté que nous rencontrons.

 

Vous souhaitez donner un nouveau souffle à la Fondation au Bénin alors quelles sont les axes sur lesquelles vous allez désormais travailler ?

Nous comptons redynamiser le bureau exécutif. Travailler pour la visibilité de la Fondation puisque nous comptons inciter les personnes de bonne volonté à nous porter un coup de pouce. Nous allons descendre dans les zones vraiment enclavées, donner des formations aux femmes pour qu’elles soient indépendantes et autonomes. « Comme perspectives, nous travaillerons pour l’autonomisation des femmes vulnérables’’, former les jeunes filles sur les compétences de vies. Voilà les grands défis que la Fondation compte relever.

Comment arrivez-vous à atteindre vos cibles réels ?

Nous allons mettre des personnes sur le terrain pour sensibiliser et savoir ceux qui sont vraiment les nécessiteux. Nous allons recruter les bénévoles, volontaires et les professionnels. Nous allons tout faire afin que les dons soient donnés à ceux qui sont vraiment dans le besoin.

 

Quel appel lancerez-vous à vos compatriotes du Cameroun, du Bénin et de l’Afrique pour qu’ils apportent leur soutien à la Fondation ?

Etant panafricaine, je suis Camerounaise et je vis au Bénin. Cela veut dire que c’est l’Afrique qui gagne. Je profite de pour lancer un appel aux personnes ressources, aux structures qui sont dans les mêmes optiques que nous de se joindre à nous afin de donner un coup de pouce à la Fondation pour que nous puissions relever ce défi ensemble. Parce que donner le sourire, c’est redonner vie à la personne. Nous sommes disposés à recevoir les dons de tout genre que ça soit financier, soutien moral, physique, tout est attendus parce que nous comptons d’ici quelques années être au top.

 

Régis BOCO

 

Facebook Comments Box