Carlos Ghosn : l’ex-PDG de Renault-Nissan  raconte comment il s’est enfui du Japon

Carlos Ghosn : l’ex-PDG de Renault-Nissan raconte comment il s’est enfui du Japon

juillet 18, 2021 0 Par Le pouce

L’ex-PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, qui attendait son procès en résidence surveillée s’est enfui du pays, en direction du Liban. Comment a-t-il pu réaliser cette prouesse. Detail dans la suite de ce papier.

Plus d’un an et demi après sa fuite extraordinaire du Japon, Carlos Ghosn dévoile pour la première fois les détails de cette évasion. Cette fuite avait laissé tout le Japon sous le choc. La nuit du 30 au 31 décembre 2020, l’ex-PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, qui attendait son procès en résidence surveillée s’est enfui du pays, en direction du Liban. Dans une interview exclusive accordée à la BBC, il raconte les détails de son évasion, comment il s’est déguisé et comment il s’est retrouvé dans une boîte pour fuir la justice.

“Le plan était que je ne pouvais pas montrer mon visage, donc je devais être caché quelque part”, a-t-il dit. “Et la seule façon de me cacher était d’être dans une boîte ou dans un bagage pour que personne ne puisse me voir, que personne ne puisse me reconnaître et que le plan puisse fonctionner”, explique Carlos Ghosn. Le choix d’une boîte de musique était justifié par le nombre important de concerts au Japon à cette époque.

Pour paraître inaperçu dans l’une des plus grandes villes du monde, il a dû se mêler à la foule. “Vous pouvez imaginer que j’ai dû aller dans des endroits où je n’étais jamais allé, acheter des vêtements que je n’avais jamais achetés”, a-t-il déclaré. “Tout cela faisait partie de la manière de se donner un maximum de chances de réussir sans attirer l’attention sur soi.”

Le moment décisif

“Quand vous entrez dans la boîte, vous ne pensez pas au passé, vous ne pensez pas au futur, vous pensez juste au moment présent”, se rappelle Carlos Ghosn, qui devait se faufiler dans un caisson avant de prendre l’avion en direction de Beyrouth.

“Vous n’avez pas peur, vous n’avez pas d’émotion sauf l’énorme concentration sur ‘c’est votre chance, vous ne pouvez pas la manquer. Si tu la rates, tu vas le payer de ta vie, de la vie d’un otage au Japon”, témoigne-t-il. Au final, il estime avoir passé environ une heure et demie dans cette boîte, pourtant il avait l’impression d’y être pendant “un an et demi”.

Facebook Comments Box